Vous êtes ici : Accueil / Le point de vue du mois / Le point de vue de Gérard Kuntz (Sésamath), septembre 2014

Le point de vue de Gérard Kuntz (Sésamath), septembre 2014

Sésamath, le rêve (et la volonté) des Mathématiques pour tous

Gérard Kuntz, membre du conseil d'administration de Sésamath, le 23 août 2014

Kuntz 2

Née en 2001, l'association Sésamath se fixe comme but essentiel la création collaborative de ressources numériques libres et gratuites. Ces ressources sont accessibles à tous, aux enseignants qui peuvent les modifier et les adapter à leurs besoins, aux élèves pour le soutien scolaire en dehors de l'Ecole.

Les statuts de l'association précisent le trait : "L'association Sésamath s'adresse aux professeurs et à leurs élèves. Elle a pour buts de promouvoir : l'utilisation des TICE dans l'enseignement des mathématiques ; le travail coopératif et la co-formation des enseignants ; une philosophie de Service Public ; des services d'accompagnement des élèves dans leur apprentissage ; et, plus généralement, toute activité pouvant se rattacher directement ou indirectement à l'un des objets spécifiés, ou à tout autre objet similaire ou connexe, de nature à favoriser, directement ou indirectement, les buts poursuivis par l'association, son extension et son développement.

On le voit, Sésamath n'est pas un mouvement généraliste, qui s'occuperait de tous les aspects de l'enseignement des mathématiques. Elle choisit de se restreindre à un créneau limité, levier pour promouvoir un enseignement intégrant pleinement les technologies et destiné à tous les élèves. C'est pourquoi elle adhère à la CFEM en tant que membre associé.

Un regard superficiel sur le site de Sésamath peut donner l'impression d'une accumulation de projets épars. En réalité, les nombreuses ressources numériques créées par les bénévoles de l'association depuis ses origines sont déclinées selon trois axes (la présentation qui suit n'est pas exhaustive) :

  • Pour la classe : le logiciel-phare LaboMEP permet aux enseignants de créer des séances de travail différentiées à partir des ressources de Sésamath et d'autres sites, et de recueillir automatiquement les résultats de chaque élève. LaboMEP est l'objet de conventions d'utilisation dans l'ENT de plusieurs Académies. Le code du logiciel est est cours de réécriture, pour pallier les difficultés techniques nées de replâtrages successifs : il devrait être prêt pour la rentrée. On peut y ajouter les manuels et cahiers numériques de Sésamath (libres et gratuits) qui ont été publiés sur papier par divers éditeurs. Les manuels Sésamath, sous licence libre, ont permis une adaptation réalisée en Côte d’Ivoire par des enseignants de divers pays de la sous-région francophone. Ils seront publiés prochainement par des éditeurs locaux;

  • Pour les professeurs : Sésaprof donne accès, après inscription, aux informations et aux ressources réservées aux enseignants. C'est un espace d'information, d'échanges, de débats. Plus de 24000 enseignants y sont inscrits ; autre outil très consulté par les enseignants (800 connexions/jour en moyenne), la revue en ligne MathémaTICE, classée Interface par l'AERES, où près de 300 auteurs (de l'enseignant de terrain à l'Académicien des Sciences, en passant par les chercheurs en didactique) partagent leurs expériences, leurs interrogations, leurs perspectives sur l'intégration des technologies dans l'enseignement des mathématiques. Un travail à distance, de la conception à la réalisation (en huit ans, le comité de rédaction ne s'est jamais réuni physiquement) ; la forge documentaire Mutuamath encourage le partage de documents pédagogiques et leur amélioration collective. Tous les documents sont sous licence CC by-sa ;

  • Pour les élèves, un soutien scolaire : le logiciel MathenPoche, dont le Livre d'Or est éloquent à plus d'un titre (je ne parle pas du français très approximatif qui en signe l'authenticité...)

Pour celles et ceux qui aiment les chiffres, en voici quelques-uns : ils fixent des ordres de grandeur. On peut y ajouter le bilan des ventes des manuels papier (705000 depuis 2008) et des cahiers papier (405000 depuis 2009). Les royalties versées par les éditeurs financent en grande partie les activités de Sésamath.

N’imaginez pas, au vu de ces chiffres, que Sésamath soit une organisation considérable et nombreuse. Soixante dix membres portent cette mosaïque d'activités, appuyés par quelques salariés très qualifiés et fortement motivés. Ils sont bénévoles et passionnés, parfois ils se disputent et se déchirent, comme dans toutes les organisations humaines. Autour d'eux gravitent des milliers d'enseignants utilisateurs des ressources de Sésamath et prêts à donner un coup de main ponctuel. Cela fait au final beaucoup de monde, pas assez au regard des projets toujours jaillissants...

Sans avoir fait acte de candidature, Sésamath a obtenu en juillet dernier une distinction internationale : elle est particulièrement appréciée, car elle émane d'un consortium de milieux universitaires essentiellement anglophones (dont le MIT).

Un espoir, en guise de conclusion : la méfiance à l'égard de Sésamath qui était assez vive lors de son émergence, s'est largement dissipée. L'entrée de Sésamath dans la CFEM marque-t-elle le début d'une synergie espérée ?

Gérard Kuntz, le 23 août 2014

Accès aux points de vue des mois précédents