Vous êtes ici : Accueil / Point de vue / Le point de vue de Anne Gégout-Petit (SFdS), mai 2015

Le point de vue de Anne Gégout-Petit (SFdS), mai 2015

La statistique dans la Stratégie Mathématiques

Anne Gégout-Petit, présidente de la Société Française de Statistique (SFdS)

Gegout-Petit

Le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche a lancé en décembre dernier « la Stratégie Mathématiques ». Placée dans un objectif global de « permettre à chacun de s’engager dans un rapport positif aux savoirs, de s’épanouir personnellement et de développer sa sociabilité, de s’insérer dans la société pour y jouer pleinement son rôle de citoyen », la refondation pédagogique de l’école reconnaît la place des mathématiques qui « … permettent de structurer la pensée, de développer  l’imagination, la rigueur, la précision et le goût du raisonnement. Elles jouent aussi un rôle décisif pour appréhender les modèles et les outils qui nous entourent et s’adapter aux mutations profondes du XXIe siècle. »

Il va sans dire que la tâche est immense. La formation initiale et continue des enseignants, leur accompagnement sont bien sûr primordiaux dans le processus. De nombreux acteurs dont la plupart sont liés à la CFEM travaillent en ce moment même sur le projet, au travers de la définition des nouveaux programmes, de la préparation de documents d’accompagnement pour les enseignants, etc. Dans ce billet, je voudrais juste lister quelques actions de la Société Française de Statistique qui vont dans le sens de la Stratégie Mathématiques du ministère :

  • onisep 3Le ZOOM ONISEP, métiers des mathématiques et de l’informatique, préparé en collaboration avec les associations « Femmes et Maths », « Société Informatique de France » (SIF), SMF, SMAI et SFdS. Il présente 22 portraits de professionnel-le-s des mathématiques, de l’informatique et de la statistique exerçant dans dix domaines très différents de la société (industrie, banque mais aussi bâtiment et humanitaire !), cassant ainsi le mythe, encore tenace, que les rares métiers après des études de mathématiques sont dans l’enseignement et la recherche. Parmi ces professionnel-le-s, 10 sont des femmes et 12 des hommes et la majorité des titulaires d’un doctorat sont des femmes. Nous espérons, comme Mme La Ministre le souligne dans son édito, qu’elle va inciter de nombreux élèves, en particulier les filles, à se tourner avec confiance vers les études scientifiques ;
  • « Les maths ça sert », en collaboration avec Animaths et la SMAI et soutenue par la fondation « C.Génial », est une initiative qui consiste à amener les utilisateurs professionnels des mathématiques (de l’ingénieur(e) au capitaine de navire en passant par l’infirmier (-ière spécialisé(e)) dans les collèges et les lycées dans le but de montrer aux élèves que les matières enseignées dans les établissements sont d’une utilité quotidienne dans un certain nombre de métiers ;
  • Le challenge « Graines de sondeurs ». Conduit de manière expérimentale en 2014 sur l’académie de Dijon, il sera étendu sur l’année 2015-16 aux académies de Bordeaux, Lyon, Metz-Nancy et Montpellier. L’objectif est d’inviter des groupes d’élèves à répondre à des questions en analysant des données d’enquête ou en réalisant eux-mêmes une enquête. Des exemples de sujet sont disponibles sur la page du site 2014, l’édition 2015-2016 invitera à des projets d’enquête en interaction avec d’autres disciplines ;
  • Action plus ponctuelle cette année, les JdS, congrès annuel de la SFdS accueilleront la première rencontre « Filles et statistique » sur le modèle des journées « Filles et mathématiques, une équation lumineuse » proposées par l’association Femmes et Maths. De jeunes collégiennes et lycéennes rencontreront des participantes du congrès, statisticiennes du monde académique, des entreprises ou de la statistique publique pour des speed-meeting ;
  • Enfin, un projet ambitieux qui nécessite le soutien du consortium Cap’Maths, le projet TranStats, « Transmission de données statistiques à des fins pédagogiques » porté par le groupe enseignement de la SFdS. A l’image de DASL aux Etats-Unis qui propose des jeux de données sur des thèmes variés, en précisant le cadre dans lequel elles ont été recueillies et les notions de statistique dans lesquelles elles peuvent être utilisées, l’objectif est de fournir une ressource riche et variée en  thèmes, régulièrement renouvelée, de fichiers utilisables par des enseignants du supérieur comme du secondaire.

Ces diverses actions rencontrent les objectifs de la Stratégie Mathématiques sur divers aspects : lacongrès sfds citoyenneté ; la mise en situation en lien avec le quotidien et les métiers ; l’interaction avec les autres disciplines dont le numérique ; le combat contre les stéréotypes sexués. Pour mener à bien ces actions, la SFdS s’appuie sur le bénévolat de ses membres, qu’ils soient du milieu académique, privé ou de la statistique publique ; travaille en collaboration avec ses sociétés sœurs ; bénéficie du soutien de Cap’Maths. Je voudrais redire ici combien Cap’Maths qui soutient une multitude de projets proches des acteurs de l’enseignement des mathématiques et permet de multiples actions scolaires et périscolaires, est essentielle pour la mise en place d’actions qui soutiennent la Stratégie Mathématiques.

Anne Gégout-Petit, le 26 avril 2015

Accès aux points de vue des mois précédents