Vous êtes ici : Accueil / Le point de vue du mois / Le point de vue de Fatiha Alabau (SMAI), mars 2015

Le point de vue de Fatiha Alabau (SMAI), mars 2015

Alabau

Fatiha Alabau, présidente de la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles (SMAI), le 18 février 2015

Un enjeu d’avenir : la formation en mathématiques

En mars prochain, va se dérouler la Semaine des mathématiques, et, à sa suite, pour la première fois le Forum mathématiques vivantes, de l’école au monde. Un vaste programme -- avec des manifestations organisées à Paris, Lyon et Marseille -- qui est destiné à montrer que les mathématiques ne sont pas dans une tour d’ivoire, qui serait fermée sur elle-même, mais bien au contraire qu’elles sont ouvertes sur le monde, vectrices de connaissances, de compétences, d’échanges, de métiers et d’innovations qui apportent et peuvent apporter plus encore à notre société.

La complexité grandissante de notre monde demande des ressources nouvelles aux mathématiques, et aux mathématiques appliquées en interaction avec d’autres sciences pour appréhender, comprendre, anticiper, et aider à gérer cette complexité multiforme, et multi-sectorielle.

Les besoins en mathématiques déjà présents et à venir, avec la gestion des grandes masses de données, la révolution numérique, les avancées technologiques en biologie et en médecine, les interactions entre mathématiques et sciences humaines et sociales, sont et seront immenses.

Des études d’impact au Royaume-Uni, aux Pays-Bas (et prochainement en France) ont mesuré que les mathématiques ont une influence importante (à hauteur de 16%) sur le produit intérieur brut (PIB). Les entreprises en France prennent peu à peu conscience des enjeux de la formation universitaire pour les innovations de demain. Il reste du chemin à parcourir pour faire connaître la valeur de nos formations, et faire comprendre et savoir que l’insertion de nos étudiants de master, de nos doctorants est très bonne. Une étude récente sur l’Ile-de-France par Adoc Talent Management et des partenaires académiques a ainsi montré un taux d’employabilité élevé des docteurs en mathématiques en 2014.

Le 2 décembre 2014 s’est déroulée à la Cité internationale universitaire la quatrième édition du Forum Emploi Mathématiques (FEM) organisé conjointement par la SMAI, la SFdS et AMIES et qui réunit étudiants (L2, L3, master, et doctorat, post-doctorat), responsables de formations, de laboratoires, et entreprises avec des stands, des exposés sur les formations, les métiers de mathématiques, leurs débouchés, des exemples de parcours et des réussites de création d’entreprise grâce à l’innovation en mathématiques. Un zoom des métiers des mathématiques et de l’informatique à destination des élèves du secondaire et de leurs parents, élaboré avec l’Onisep et la SFdS, la SMF, la SIF, Femmes et Mathématiques et la SMAI va sortir en mars prochain.

affiche smai

Beaucoup de défis en mathématiques et mathématiques appliquées nous attendent. Les compétences sont là mais leur renouvellement, au moment où les besoins et les besoins à venir sont les plus grands, pose question. Le plan Stratégie Mathématiques annoncé par notre ministre est un premier pas.

Qui dit formations de qualité dit aussi : investissements humains, moyens financiers, et temps.

Le temps de la formation et tout aussi bien le temps de la recherche ne sont pas linéaires. Que ce soit pour développer l’appétence vers les mathématiques, acquérir des bases, construire un certain savoir et des compétences en mathématiques, former l’esprit critique -- héritage de Descartes et du siècle des lumières--, et le goût de la réflexion demande du temps, du temps de qualité, une architecture bien pensée des formations et un investissement, beaucoup d’investissement. Les enseignants du primaire et du secondaire jouent un rôle essentiel dans la formation des esprits et des vocations. Nous avons tous ou presque tous des exemples à donner en ce sens, de professeurs qui nous ont beaucoup apporté, ont su créer l’appétence, le questionnement. Accompagner les enseignants, reconnaître leurs apports, leurs compétences, leur rôle essentiel et les soutenir est primordial pour la Stratégie Mathématiques, ils en sont le moteur.

Un autre enjeu est de taille: dépasser les préjugés sur l’université, qui est un formidable lieu d’apprentissage, les enseignants-chercheurs et les chercheurs qui y travaillent sont très souvent des passionnés qui font des va-et-vient entre leurs recherches et la pratique enseignante, et peuvent aussi faire découvrir graduellement le monde des entreprises pour celles et ceux qui travaillent en mathématiques appliquées. Communiquer aussi pour dire que le savoir qui semble inutile ou déconnecté de la réalité ne l’est pas. C’est la force de l’abstraction des mathématiques de poser des problèmes dans un cadre plus vaste pour ensuite revenir vers les problèmes concrets.

La Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles que je préside a conscience de ces enjeux et oeuvre depuis de nombreuses années pour le développement des mathématiques appliquées et de leur enseignement théorique, numérique et applicatif. La formation en mathématiques est un enjeu d’avenir et la SMAI est prête à le relever avec les autres sociétés savantes au sein de la CFEM.

Fatiha Alabau, le 18 février 2015