Vous êtes ici : Accueil / Point de vue / Le point de vue de Cédric Villani (IHP), février 2015

Le point de vue de Cédric Villani (IHP), février 2015

Villani

De nouvelles perspectives pour les mathématiques vivantes

Contribution de Cédric Villani, directeur de l'Institut Henri Poincaré

Depuis sa triomphale ré-inauguration en 1994, le vénérable Institut Henri Poincaré poursuit sans relâche trois missions majeures :

  • un rôle d'agitateur et d'organisateur de recherche, dans tous les domaines de la mathématique et de la physique théorique (avec récemment des incursions importantes vers la biologie et l'informatique théorique) ; cela se fait au travers de trimestres thématiques, colloques, groupes de travail, écoles avancées, séjours de recherche intenses, etc. ;
  • une fonction de base logistique hébergeant une dizaine d'acteurs institutionnels de la mathématique française, dont les sociétés savantes, Animath, Femmes & Math, la Fondation Sciences Mathématiques de Paris, et d'autres encore ;
  • une mission de communication auprès de la société tout entière, au moyen de participation aux médias et aux grandes manifestations, d'expositions et de conférences publiques.

ihpChacune de ces missions a été grandement développée au cours des dernières années. Le budget de nos trimestres thématiques a quadruplé, une Chaire Poincaré a été créée grâce au mécénat du Clay Mathematics Institute ; de nouvelles associations ont été accueillies et d'autres déjà présentes se sont agrandies; et notre communication auprès du grand public a subi un coup de fouet, avec de nouvelles actions comme le Ciné-Club, le Mathematic Park, ou la participation de nos modèles mathématiques à des expositions à travers le monde. Notre ouvrage tout récent, La Maison des Mathématiques, publié à l'occasion des vingt ans de la refondation, a fait un carton en se frayant un chemin jusqu'à la première place des ventes nationales dans le créneau de la science pour tous. A travers des textes de synthèse, des témoignages variés, et de nombreuses photographies prises au sein de l'Institut, cet ouvrage a l'ambition de dresser un portrait fidèle de la recherche mathématique contemporaine dans toute son émotion intense.

Mais surtout c'est notre conviction, à l'Institut Henri Poincaré, que nos trois missions se renforcent l'une l'autre. Dans cette optique, nous allons, au cours des prochaines années, étendre l'Institut par la rénovation et la mise en valeur d'un bâtiment historique, construit et dirigé par Jean Perrin, emblématique aussi bien de la science du début du vingtième siècle que du contact entre la science et la société. Cela sera l'occasion aussi bien de doubler notre capacité d'accueil de recherche que de fournir de meilleures conditions à nos associations hébergées, et de faire passer nos activités grand public à une vitesse toute différente. En particulier, nous inaugurerons un Musée des mathématiques (musée Poincaré-Perrin) pour accueillir systématiquement des visiteurs curieux de découvrir la place et l'importance de notre discipline dans l'éducation, la culture, l'industrie, le monde en général. Les associations hébergées y participeront, ainsi que des chercheurs invités, dans un rôle de médiation, et des entreprises partenaires. Notre projet se situera donc à l'intersection de la recherche, de la pédagogie et de la société : c'est là que résidera son originalité. Et pour ce qui est de la qualité, nous avons déjà attiré les plus enthousiastes et motivés des spécialistes de transmission mathématique. Nous nous dirigeons vers un futur passionnant dans le domaine !

maison des math

A vrai dire, notre rôle est rendu encore plus passionnant par deux phénomènes contradictoires. Le premier est la reconnaissance de plus en plus grande du métier de mathématicien, qui émerge, au cours de la révolution digitale, comme la compétence d'avenir la plus attendue au tournant; l'entreprise américaine CareerCast, reprenant en cela les conclusions du Wall Street Journal il y a 5 ans, décidait ainsi de classer cette année le métier de mathématicien en numéro 1 dans sa liste de plusieurs centaines de métiers classés par attractivité, insistant sur son universalité et ses perspectives de croissance... Le deuxième phénomène marquant est la tendance au déclin des vocations, très difficile à enrayer et très répandue dans les pays occidentaux (et pas seulement !). En bref, nous avons un très net décalage entre l'offre et la demande de mathématiciens, et aider à résoudre cette tension est à coup sûr une mission importante pour nous.

Cela passera sans doute par une revalorisation de la mathématique industrielle. Il est désolant de voir que, passée la vague des "mathématiques financières", les volontaires soient relativement peu nombreux pour aller explorer les extraordinaires développements en mathématique dans l'industrie lourde, l'informatique, les télécommunications, l'énergie, etc. alors que les filières de recrutement universitaires sont actuellement durablement engorgées, pour des raisons démographiques et budgétaires.

strategie-mathCela passera aussi par une réflexion sur l'enseignement, qui apparaît toujours, pour le grand public, comme le repoussoir numéro 1 de notre discipline. C'est dans ce but que le Ministère a lancé récemment un mouvement de réappropriation de l'enseignement mathématique (il y a du pain sur la planche !) avec une consultation régulière de la CFEM ; c'est aussi pour cela que le forum "mathématiques vivantes", également organisé par la CFEM, viendra cette année s'inscrire dans la "semaine des mathématiques".

Cela passera également, n'en doutons pas, par un règlement de l'épineuse question de l'informatique, alliée fidèle et indispensable de notre discipline, dans ses applications comme dans sa théorie, mais encore inexplicablement vue par la société comme un domaine disjoint de la mathématique et plutôt facultatif.

Cela passera enfin par la revalorisation des enseignants et plus généralement de tous ceux qui travaillent à la transmission de notre matière, à l'heure où le besoin de fournir à nos enfants des opportunités de concentration explose, et où les nouvelles ouvertures pédagogiques -- parfois de vraies aubaines et parfois des leurres -- se multiplient. Je suis moi-même en train d'expérimenter pour la première fois un enseignement sous forme de MOOC (ou FLOT, selon l'acronyme français que je recommande) ; sa mise en place a été délicate et fastidieuse, marquée par un fort tâtonnement technique, mais à la fin c'est une exploration passionnante, comme l'enseignement peut nous en apporter tant.

Cédric Villani, le 23 janvier 2015